Arelbières, Cuvée Ermesinde et Saison de Mai.

Les bières naturelles du pays d'Arlon que l'on déguste entre amis.

Cuvée Ermesinde

La Cuvée Ermesinde est une bière ambrée d’environ 19° Plato, titrant 7,5 % alc.vol. Trois variétés de malt, deux types de houblon ainsi qu’une céréale et du miel du pays la composent. Trois épices dont deux exotiques viennent renforcer sa personnalité. Entièrement naturelle, elle est dépourvue de tout additif chimique.

Arômes :
fruits très mûrs, avec quelques notes florales.
Palais :
goût de réglisse, de figue et de miel, allié à une fraîcheur certaine.
Arrière-goût :
une amertume discrète avec une pointe de caramel s’affermissant avec l’âge et conférant une bonne longueur en bouche.

Etiquette Cuvée Ermesinde

Mystérieuse légende d'Ermesinde

La Bienheureuse Ermesinde naquit au château de Luxembourg en l’an de grâce 1186. Elle était fille unique de Henri l’Aveugle, Comte de Namur et de Luxembourg.

Elle épousa d’abord le Comte Thibbaut de Bar, mais restée veuve à vingt-huit ans avec une petite fille Elisabeth, elle vit ses Etats menacés de toutes parts et comprit qu’il était nécessaire de prendre un nouveau défenseur parmi les nombreux prétendants qui aspiraient à sa main. Comme elle était très pieuse, elle ne voulut point décider d’un acte si important sans consulter le ciel. Elle se retira donc pour prier en un lieu solitaire qu’elle aimait et qui s’appelait Clairefontaine parce qu’il y avait là une source bénie par saint Bernard. Répondant à sa foi, la Très Sainte Vierge Marie lui apparut tenant le Divin Enfant et souriante lui montra un troupeau de brebis blanches comme neige mais marquées de croix noires. Ermesinde, troublée, interrogea le saint ermite, gardien de la fontaine. Il lui expliqua le vœu de la Reine du ciel : il fallait ériger là un monastère de vierges sous la règle de saint Bernard, celles dont les robes blanches porteront une croix noire.

Obéissante, Ermesinde, aidée par son second époux, le loyal Waleran, duc de Limbourg, fonda le monastère de Notre-Dame de Clairefontaine, auquel elle eut la joie de fournir, par sa postérité, de nombreuses abbesses et bienheureuses. Sa descendance est d’ailleurs riche en héros et en saints ; elle-même, héroïne suscitée par Dieu pour le bonheur de son peuple, laissa de sa sagesse, de sa douceur et de sa piété un tel souvenir qu’elle fut élue Bienheureuse et qu’elle vit encore en vénération dans le cœur des habitants du Luxembourg.

Tiré de « La mystérieuse légende d’Ermesinde » par Henri Ghéon, Vromant & C°, imprimeurs à Bruxelles, 1933.

La légende d'Ermesinde

« Je reviens d’un voyage de plusieurs siècles.
D’un pays où l’histoire est aussi
belle que la légende, je ramène la plus
exquise des princesses. Elle porte un
nom dont la musique est douce comme
les sources de Sûre, de Moselle et de
Semois : Ermesinde.
»

Extrait du livre de Michel GEORIS « Ermesinde de Luxembourg »